Europe : le « club des radins » marque des points

GUILLAUME DUVAL

Les discussions européennes sur un plan de soutien à l’économie ont tourné plutôt à l’avantage des pays opposés à la mutualisation des dettes pour l’instant.
C’est finalement jeudi soir à 23h05 que la fumée blanche s’est élevée au-dessus du conclave des ministres des Finances de la zone euro, commencé cinquante-cinq heures (!) plus tôt. L’Eurogroupe a enfin réussi à se mettre d’accord sur des mesures à prendre pour faire face à la profonde crise économique et sociale provoquée par l’épidémie de coronavirus. Ce plan doit cependant encore être examiné – et probablement négocié et amendé de nouveau – par les chefs d’Etat et de gouvernement.

Faute d’accord le 26 mars dernier, ceux-ci avaient chargé en effet l’Eurogroupe de leur faire des propositions. Celles qui ont été formulées dans la douleur jeudi représentent à première vue un volume financier non négligeable : 540 milliards d’euros de mesures immédiates, soit 3,3 % du PIB de l’Union européenne, 4,5 % du PIB de la zone euro.

Elles risquent pourtant de se révéler rapidement insuffisantes. Notamment parce qu’elles ne prévoient toujours pas la création des fameux « Eurobonds », un instrument de dette commun pour faire face ensemble au coût, qui s’annonce…

Plus à lire sur : https://www.alternatives-economiques.fr/europe-club-radins-marque-points/00092435